06.58.53.75.43

La page Facebook du centre

© 2015  Christelle GALIPOT-        Tous droits réservés        -        Mentions légales

L'enfant et L'adolescent

 

A quel âge peut on commencer la sophrologie?

L’enfant peut pratiquer la SOPHROLOGIE à partir de 4 ou 5 ans (selon sa maturité). Plus l’enfant est jeune, plus les séances sont courtes (15 minutes environs) et plus la sophrologie s’apparente à de la RELAXATION.

LA SOPHROLOGIE adaptée à l'enfant se veut ludique, il s’agit d’exercices de respiration, de relaxation, d'écoute du corps, d'éveil des sens, d'imagination se pratiquant sous forme de jeux, de contes, de mouvements. L’aspect ludique est primordial, le jeu attire la curiosité de l’enfant, lui donne envie de pratiquer l’exercice et de le reproduire chez lui de façon AUTONOME. 

L'adolescent: 

Le corps change, des bouleversements se produisent également dans la tête avec l’apparition d’objectifs et de centres d’intérêts nouveaux.

L’adolescence est souvent un moment de crise, de perte de confiance, un instant de vie où les liens se font et se défont… Où le regard porté sur l’entourage se modifie.

C’est aussi une période durant laquelle l’avenir commence à se dessiner, avec les appréhensions quant à l’orientation où les enjeux personnels et scolaires prennent une autre ampleur.

L’adolescence est le temps des épreuves scolaires et sportives, des premières apparitions du stress et de ses corollaires l’angoisse et une image de soi parfois déformée.

Elle est surtout le moment des expériences nouvelles et de la recherche de soi, de l’apprentissage de la vie et de la découverte de ses propres valeurs.

Pour quels soucis?

L'environnement familial, l'école, la société, une sur-stimulation, des exigences trop fortes, des rythmes épuisants ou encore les éventuels changements dans la vie de l’enfant peuvent affecter son développement et entraîner différents troubles tels que l'anxiété, le stress, les difficultés liées au sommeil, les problèmes de concentration et de mémorisation, l'hyperactivité, l'agressivité et les comportements violents, les maladies psychosomatiques, les TOCS, les troubles alimentaires ...etc. 

La sophrologie dans le monde scolaire

 
Le monde scolaire

Le monde scolaire peut être défini comme étant le milieu où se font les apprentissages.

Ce milieu s’étend de l’école maternelle à l’université en passant par l’école élémentaire, le collège, le lycée, les écoles professionnelles, les prépas etc.

Dans ce milieu, se trouvent deux publics différents : les élèves et les adultes (essentiellement les enseignants, mais aussi le personnel encadrant, le personnel de direction, le personnel d’entretien...)   

 

La sophrologie pour les enseignants

Beaucoup d’enseignants en plus de leur formation initiale et continue lisent des ouvrages, se forment parfois à des outils de communication et malgré cela sont confrontés à des difficultés pédagogiques. Le rôle de pédagogue va souvent renvoyer l’enseignant à son histoire et à son éducation, en résumé à qui il est. Sans cette prise en compte, les savoirs et savoir-faire s’avèreront parfois inefficaces.

La sophrologie va permettre dans un premier temps de répondre aux besoins d’un temps pour soi pour récupérer, se détendre, se retrouver. Mais au-delà la sophrologie va surtout permettre d’être plus relié à soi, à ses émotions, de prendre conscience de ses croyances, de ses conditionnements, de ses valeurs etc. Puis elle pourra permettre de développer la confiance en soi, autrement dit d’être pleinement en accord avec soi-même.

Ce qui est la base essentielle pour permettre à l’enseignant d’être le pédagogue qu’il souhaite être.
 

 

La sophrologie pour les apprenants
La démarche sophrologique en développant la connaissance de soi, la confiance, la curiosité, le plaisir d’apprendre, l’envie d’expérimenter etc. permettra à l’apprenant de clarifier ses objectifs et de donner du sens à ses apprentissages. C’est en se sentant responsable de ses apprentissages que l’apprenant pourra s’impliquer complètement et qu’il pourra dépasser les difficultés éventuelles qu’il rencontrera (incompréhensions, mauvais résultats, démotivation…).
La sophrologie et les enfants à haut potentiel (EIP)

Etre « Enfant Intellectuellement Précoce » ne se résume pas à « être intelligent », mais plutôt à « être à profil cognitif particulier ». Pour ces enfants avec des besoins spécifiques,  mieux se connaître, se comprendre et s’accepter peut leur permettre une meilleure adaptation dans leur quotidien d’enfant dans le respect de soi.

La démarche sophrologique permettra de développer la connaissance de soi, de devenir acteur dans le développement de ses ressources et des moyens à sa disposition pour faciliter ses apprentissages, de rester relié au plaisir d’apprendre et améliorer le « vivre ensemble » au sein des classes et de l’établissement.
Au-delà de se recentrer sur les ressentis corporels visant à contrebalancer une « hyperactivité cérébrale », la démarche sophrologique propose de développer sa capacité à être davantage présent dans son quotidien, à lâcher prise et renforcer sa capacité de concentration en tenant compte de ses spécificités cognitives. Cette démarche permet d’aller vers une meilleure compréhension et gestion de ses émotions, renforçant positivement son estime et sa confiance en soi.

La sophrologie et les enfants DYS

Si le trouble Dys, stigmatise l’élève et invalide partiellement sa réussite scolaire, la pratique de la sophrologie peut lui permettre d’investir pleinement son potentiel personnel, de façon plus adaptée à ses fonctionnements cognitifs et corporels. La conscience plus fine des capacités aidante permettra à l’enfant, à l’adolescent dys de progresser vers une adaptation efficace, un fonctionnement moins invalidé par les dysfonctionnements diagnostiqués.